Retour aux origines

Pour mieux comprendre le présent revenons aux sources, un backflip de trente ans qui nous ramène dans la chambre de Fred. Un repère de Goonies, une caverne d’Alibaba qui allait tracer le destin de trois copains (on ne vous dira pas qui était Choco !).

C’est donc trois gamins qui passaient leurs mercredis enfermés dans une chambre à se gaver de Raiders, de Mister Freeze en regardant Olive et Tom, Dragon Ball Z ou encore Princesse Sarah  (déjà de vrais durs). Vous l’aurez compris les aventures de nos futurs entrepreneurs se déroulaient derrière un tube cathodique. Biberonnés aux séries et aux mangas, bercés par les premières VHS, boostés par des blockbusters comme Predator ou Jurassic Parc, la vidéo les a accompagnés durant toute leur enfance.

Ils auraient pu devenir une bande de neerds accros au RedBul passant leurs nuits à engloutir des séries B, mariés à leurs consoles et leur abonnement Netflix, mais un évènement a changé le cours de leurs vies.

Fred, toujours lui, déballant un cadeau au pied du sapin reçu ce jour là ce qui allait sceller leur destin. Un camescope (pour les plus jeunes d’entre vous on ne filmait pas avec un téléphone, on téléphonait juste et avec un fil, devant les parents. Ça fait peur hein ?)

Ils n’étaient plus spectateurs mais acteurs de leurs aventures !

Fred, Djamel et Mamadou. Le premier, caméra au poing, du Spielberg dans les veines, du Besson dans la tête, réal de choc s’essayait à des courts métrages avangardistes avec les deux autres comme acteurs (remercions les de ne pas avoir insisté dans la voie de l’actorat).

Une boum, un voyage scolaire, un anniversaire rien ne leur échappait, passant leur adolescence à inlassablement capter les images de leurs vies.

L’ère des choix

Qu’est ce que tu veux faire quand tu seras grand ? Qui n’a pas entendu cette question, mais combien d’entre nous avons répondu de la vidéo ?

Vu l’enfance terrible des trois mousquetaires on les imagine mal répondre cosmonaute ou pompier.

Mais rappelez-vous, nous sommes au début des années 90, en province loin de Paris. Une époque où l’audiovisuel reste un marché majoritairement réservé au cinéma, la télévision, les clients sont généralement de grands comptes et rares sont les boîtes de productions installées en dehors de la capitale…(Non Youtube n’a pas toujours existé et toi jeune padawan tu ne pouvais pas créer ta chaîne à un million d’abonnés. Ton score à Mario tu le partageais avec tes potes et ta maman).

Fous ou visionnaires ils s’engagent donc dans des filières de l’audiovisuel et des métiers de la communication.

Et toujours dans cette logique d’être acteurs de leurs destins ils montent une association, Provenance 13.

Ambitieux les jeunes, ils veulent faire rayonner l’art et la culture urbaine dans leur région.

Ils organisent des concerts, des expos, des battles de danse, de graff, de dj’s mais surtout mettent en place les captations vidéos de ces évènements et montent des films promotionnels.

Le sillon est tracé, entre l’association et leurs études ils se forment tout en mettant en application la théorie sur le terrain.

Ils gagnent en expérience, en créativité, se projettent dans un avenir professionnel qui sera au cœur des métiers de l’audiovisuel.

No Pain No Gain

Etudes terminés et diplômes en poche, il fallait maintenant conserver la passion mais surtout la vivre professionnellement.

Projectionniste, médiateur culturel, chargé de com ils ont commencé à investir le domaine avec toujours cet arrière-goût de pouvoir faire plus, d’exploiter mieux leur créativité, de ne pas se résoudre à suivre un marché en mutation mais à devenir acteurs du changement.

C’est en 2007 qu’ils franchissent le cap.

Le marché est naissant mais l’arrivée des premiers réflex numériques capables de supporter la vidéo HD, le Haut débit, les réseaux sociaux et Youtube ouvrent des perspectives illimitées pour la vidéo.

Alors ils créent IMAGINPROD.

On le sait dans l’entreprenariat parfois les chemins se séparent sans pour autant diviser. Mamadou décide de se réorienter laissant Fred et Djamel aux commandes de la petite agence de production audiovisuelle.

Pendant 12 ans ils vont explorer tous les aspects de la vidéo. Pré prod, réalisation, production, post production, gestion de projets… quand on fait le choix de l’entreprenariat on se doit d’être polyvalents.

IMAGINPROD est extrêmement généraliste et flexible, que ce soit chez eux en Provence, à Paris ou à Dubaï les projets de leurs clients les ont amenés sur tous les terrains.

Institutionnel, publicité, clip, motion design, captation vidéos, webinaires, live streaming, mapping 2d 3d…

Ils ont su se former constamment aux dernières innovations techniques et s’entourer des meilleurs collaborateurs pour mettre en place les dispositifs adaptés aux demandes de leurs clients.

Plusieurs milliers de projets pour des centaines de clients, une décennie de passion qui place IMAGINPROD comme un acteur de confiance sur son marché.

IMAGINPROD devient BIYOO

Je le vois d’ici. Vous vous demandez pourquoi si tout allait si bien ce qui a poussé nos entrepreneurs à sacrifier IMAGINPROD pour créer BIYOO ?

Déjà je vous rassure les fondateurs sont toujours là. Ils n’ont pas vendu IMAGINPROD pour partir se dorer la pilule aux Antilles.

Non c’est une toute autre raison qui concerne l’ADN de BIYOO. On garde le capital expérience mais on libère l’énergie créative.

Aujourd’hui l’expérience acquise nous permet de sécuriser nos projets et ceux de nos clients que ce soit sur le plan technique ou budgétaire.

Nous pouvons enfin délivrer le meilleur de nous-même pour imaginer et réaliser les projets qui feront que vos messages deviendront uniques et incontournables.

A l’image de notre premier concept sur le web qui est en train de bouleverser les standards de la critique cinéma, nous voulons imaginer pour vous les vidéos qui parleront aux cibles que vous vous êtes fixés.

Avec BIYOO nous gardons l’esprit pionnier qui caractérise notre histoire !

La vidéo est devenue le média le plus performant quelque soit le support de diffusion, un impact X fois supérieur à la photo, plus de X millions de vidéos vues par jour.

La question n’est plus de savoir s’il faut utiliser ce support, mais de réaliser les contenus qui atteindront vos cibles et feront passer vos messages.

BIYOO est l’agence qui vous accompagnera dans ce challenge.

BIYOO’R SELF

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *